Technique

Travail Externe

 

Riche, spectaculaire, efficace, il regroupe un ensemble de techniques : déplacements, projections, clefs, frappes où chaque partie du corps devient une arme redoutable ; les « ciseaux volants » constituant une des spécificités de la discipline.

 

Différentes formes de travail sont enseignées : Quyens (combat imaginaire), casse, travail avec les armes traditionnelles, compétitions (locales, ligues et nationales)

 

 

Travail Interne

Le travail interne a pour but de faciliter la circulation de l’énergie au travers du corps humain.

Ses techniques permettent de détendre l’esprit, de « faire le vide » tout en préparant le corps à une plus grande sensibilité aux courants énergétiques qui le parcourent.

 

Mme Yoko, diplomé de l’institut de Shanghaï est la responsable en Taï Chi Chuan au sein de l’école Kim Long. Elle forme les instructeurs aux différentes formes traditionnelles.

 

 

 

 

Quyens

Apparemment un Quyen est un enchaînement de techniques selon un ordre établi. Cependant chaque Quyen ne veut pas être seulement un ensemble de techniques, mais aussi un enseignement de stratégie, un entraînement spirituel et un message de sagesse. Les styles d’animaux sont représentés et étudiés.

Exécuter un Quyen, une technique d’épée par exemple, est comme déclamer un poème ou réciter un ancien sutra: il s’agit de différentes façons pour atteindre l’équilibre entre le matériel et le spirituel, pour s’élever au-dessus de la vie quotidienne. Les Quyens représentent le moyen le plus élémentaire et en même temps le plus sophistiqué pour apprendre les arts martiaux. En effet ils comprennent soit les techniques fondamentales, telles que les coups de poing ou de pied, soit des prises plus compliquées et des techniques plus abstraites.

Ils peuvent nous conduire d’un état dynamique à un état statique, et de ce dernier, à un monde de sensations.

Ils nous font explorer notre propre pratique, ils nous font réfléchir sur le passé, nous font prendre conscience du présent et anticiper des situations à venir. Après beaucoup d’années d’entraînement, le pratiquant découvre un jour, de posséder un véritable trésor: le Vo Sinh s’affronte lui-même et explore ce pour quoi son maître l’a préparé. Lorsqu’il devient capable d’activer toute les sensations de son art à travers des mouvements qui vont au delà de la forme corporelle , il devient conscient de sa chance, du pouvoir qu’il possède, il acquiert confiance en lui, et embrasse son art.

La pratique d’un Quyen est un des meilleurs moyens vers la formation du Vo Sinh, autant sur le plan physique que psychologique, ils conduisent le pratiquant à un état d’équilibre, d’harmonie et de détachement.

Il existe aussi les Song Luyen : ce sont des enchaînements de combat codifiés avec un ou plusieurs partenaires, à main nue ou armée.

Forme Quyen eventail

 Mao Xa Quyen